· 

Les jeux dangereux

Jeune homme méditant dans une forêt

Chaque année, de nombreux enfant pratiquent des jeux dangereux, sans toujours avoir conscience qu’ils mettent parfois leur vie en danger. La plupart du temps ils sont entraînés par leurs camarades et n’ont pas conscience des graves conséquences dont ils peuvent être victimes.

Les jeux d’évanouissement :

Plus connu sous le nom de de jeu du foulard, mais aussi jeu des poumons, de la tomate, de la grenouille, trente secondes de bonheur, du cosmos, rêve bleu, rêve indien. Le jeu consiste à bloquer l’arrivée de sang au cerveau en bloquant la circulation sanguine ou par une pression au niveau du sternum et de la gorge pour bloquer la respiration. Le but est l’évanouissement. Ce jeu se pratique en petits groupes ou seul et comporte un risque de mort élevée. Les enfants à la recherche de sensations forte sont parfois tentés de le pratiquer seuls, et  risquent alors un étranglement, sans personne pour leur prêter secours.

Les signes d’alerte : marques rouges sur le cou, hématomes, joues rouges, maux de tête violent et répétés, troubles de la vison, fatigue excessive.

Les jeux violents :

Le jeu de la canette, du mikado, du jugement, du bouc émissaire, le petit pont massacreur : un objet est lancé dans un cercle et celui qui ne le rattrape pas est désigné comme victime et roué de coup. Il s’ensuit des lésions physiques importantes alors parfois jusqu’à la mort, et de graves séquelle psychologiques.

Les signes d’alerte : traces de coups, hématomes, vêtements abîmés, sueurs, tremblements, douleurs abdominales, angoisses, trouble du sommeil, refus d’aller à l’école.

Comment prévenir ?

Il est primordial d’aborder le sujet avec ses enfants en leur demandant dans un premier temps s’ils ont entendus parler de jeux particuliers à l’école, et en leur disant qu’on sait que certains jeux existent. Inutile de décrire précisément le déroulé de ces pratiques mais plutôt les informer sur le risque et sur le respect de soi : « on ne doit pas faire mal à son corps », « on ne retient pas sa respiration, sinon on peut mourir ou devenir handicapé », « le corps est fragile et il faut en prendre soin. »

Ne pas dramatiser outre mesure mais informer calmement et insiste sur le fait qu’ils doivent en parler à quelqu’un s’ils ont connaissance de ce type de pratique. 

 

Ce sujet est un sujet important pour moi, et j'ai à coeur de prévenir pour éviter des drames. Donc parlez à vos enfants.

Écrire commentaire

Commentaires: 0